Amélie Hazard

Graphic design & Communication 360


J’ai des murs peints, j’ai des rideaux, je dois aménager les 5 chambres de cet appartement. La bête mesure 400 mètres carrés et presque 4 mètres de haut.
Je dois garder à l’esprit que ce projet de décoration doit séduire nos amis les Américains suceptibles de louer cet appartement le temps d’un séjour à Paris. Hey, my american friend, i hope you’ll dig it.

La chambrette… elle est très rose et très meringuée, faudrait rebondir vers une ambiance masculine et contemporaine.
Je fais confectionner ce panneau mural qui s’intègre dans l’épaisseur des moulures, le tissu est signé Dominique Kieffer. Le lit se recouvre d’un parmantage de la tête aux pieds avec un tissu sombre, c’est sobre et ça contraste, il paraîtra moins massif. La console et les chevets sont noirs et leurs pieds délicatement courbés, dans ce détail, je vois un pont entre les moulures roses et la tournure masculine que je veux donner à la pièce. Des pieds droits eussent été trop sévères.


Aux fenêtres, des rideaux existants marron-mauve-glacé-bouffant-refléchissants (woh, je m’étouffe) se marient finalement avec cette paire capitonnée marron. Le lampadaire amorcé sur la photo a un grand abat-jour noir, mat. Il est un peu branlant, charmant.

Ce même petit fauteuil a trouvé sa place dans une ambiance ton sur ton où les motifs et les couleurs cohabitent en douceur.

Les têtes de lit ont été réalisées avec le tissu « Bakou” de chez Pierre Frey, il est sublime en noir également.
Voici une autre chambre. Les rideaux sont présents. Je peints deux murs sur quatre en burgundy.
Et je tombe sur ce lainage à carreaux bordeaux et ocres sur fond blanc cassé. On y retrouve certaines couleurs des rideaux en toile de Jouy dans une matière et un graphisme aux antipodes, allez, on ose.
Ce qui nous rassure, c’est le raccord couleur, il faut toujours se raccrocher à un fil!

J’ai fait confectionner le couvre-lit avec ce tissu gauffré très élégant.

Ce petit crapaud a été recouvert d’un tissu velours rayé jaune moutarde et beige de Dominique Kieffer. Tout penaud qu’il était, il est devenu joli et bien dodu.


Dans cette chambre, les murs sont gris très légèrement violacés et les rideaux blancs en velours gauffré de larges motifs géométriques.
Il y a sur le lit une superposition de quelques étoffes, un peu comme des couvertures d’été. Le rouge aux côtés du gris-violet sera le fil conducteur.

J’ai retiré quelques niveaux à ces étagères pour créer une niche à habiller de papier peint. La touche argentée réveille délicatement le gris.

Et voici la petite banquette, seule devant un grand mur gris.

Et dans cette dernière chambre, l’ambiance fraîche vient du mélange sobriété bleue et poésie verte.

Cette chauffeuse a été refaite avec un tissu de la Rue Hérold, il est bleu nervuré de marron.
Pour le lit, j’ai fait confectionner un couvre-lit en gabardine légèrement satinée rayée doublée de satin bleu clair.
Coussin évident chez Habitat.

Et voilà, merci aux tapissiers Raynald Levallet et Jean-Marc Proffit.